Hôpital privé
Jacques Cartier

Une IRM cardiaque interventionnelle sans irradiation du patient

Article le

Article relayé par la Fédération de l'Hospitalisation Privée

Une IRM cardiaque interventionnelle sans irradiation du patient

La Fédération de l'Hospitalisation Privée a souhaité mettre en avant et ainsi relayer dans la rubrique "Vous avez du talent" de sa Newsletter des hôpitaux et cliniques privés « 106 Hebdo » (N°218 - 17 juillet 2019) l'article suivant : 

 

Une IRM cardiaque interventionnelle sans irradiation du patient, à l’Hôpital privé Jacques Cartier à Massy (91) - Institut Cardiovasculaire Paris Sud (ICPS)

 

"L’Hôpital privé Jacques Cartier à Massy (91), établissement du groupe Ramsay Générale de Santé, propose aujourd’hui des procédures cardiaques interventionnelles en IRM (imagerie par résonance magnétique) sans ondes irradiantes pour le patient. Cette technique innovante offre des conditions de précision et de sécurité optimales pour les patients, mais aussi pour les professionnels de santé. 

L’imagerie interventionnelle, qui représente l'ensemble des actes médicaux réalisés par des médecins spécialistes sous contrôle d'un moyen d'imagerie, s’est fortement développée, notamment grâce à l’apparition des techniques mini-invasives. Qu’elle soit pratiquée à visée diagnostique ou thérapeutique, elle permet d’accéder à une lésion située à l’intérieur de l’organisme et représente à ce titre, une alternative à la chirurgie classique pour traiter de nombreuses pathologies.
 

Le service de cardiologie de cet hôpital privé, qui dispose d’une IRM cardiovasculaire dédiée depuis 2008, propose désormais, grâce à de récents développements technologiques, des procédures cardiaques interventionnelles guidées exclusivement par l’IRM. Ces procédures ne comprennent ni irradiation, ni produits de contraste iodés qui comportent des risques toxiques pour les praticiens comme pour les patients.

En outre, l’IRM interventionnelle permet au cardiologue de voir en temps réel toutes les structures cardiaques (muscles, cavités, valves…) et de déplacer les sondes et cathéters avec une précision jusqu'ici inégalée. En effet, lors d’une procédure interventionnelle classique en salle à rayons X (procédure actuelle pour les actes interventionnels cardiaques), le médecin voit parfaitement les sondes et cathéters, mais en aucun cas les tissus cardiaques environnants. Notamment, le médecin ne voit pas souvent la lésion spécifique à traiter, comme lors de procédures d’ablation par radiofréquence notamment. 

 

« C’est une véritable innovation pour les interventions cardiaques », explique le Professeur Jérôme Garot, cardiologue à l’Hôpital privé Jacques Cartier. « Nous avons la possibilité de faire naviguer les cathéters avec une visualisation en temps réel et d‘y adjoindre toutes les données importantes d’une IRM cardiaque conventionnelle. Nous ambitionnons de développer cette technique d’ici à 2020 dans le cadre de procédures thérapeutiques, comme l’ablation par radiofréquence de certains troubles du rythme cardiaque, ou la pose d’endoprothèses vasculaires par exemple ».

 

À ce stade, la réalisation d’une IRM interventionnelle cardiaque nécessite une hospitalisation de 24 heures, mais l’établissement compte, à moyen terme,
 proposer cette intervention en ambulatoire (c’est à dire en moins de 12h d’hospitalisation)."

 

Photographie : © Institut Cardiovasculaire Paris Sud